rédaction web

Les 7 erreurs catastrophiques dans la rédaction d’articles sur Internet

Partager sur
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

1. Ne pas définir votre objectif précisément

Attention: réfléchissez à votre objectif (performance, réassurance, confiance…) mais également à votre promesse et vos preuves à l’appui.

Exemple: je fais un tuto pour planter des carottes. mon objectif est de vendre les graines. comment je les sensibilise sur l’importance des bonnes graines (les miennes en l’occurence).

2. Ne pas connaître votre cible

En fonction de votre audience, vous utiliserez un langage mais aussi un visuel adapté et des arguments adaptés.

Exemple : si je vends des formations à des novices du web, je supprimerais tous termes techniques de mon langage. Je ne dirais pas: « optimiser votre taux d’engagement sur vos publications » mais plutôt « comment faire réagir les internautes à vos publications sur les réseaux sociaux »

3. Négliger la partie visuelle

Une image vaut mille mots ». N’oubliez pas que le visuel a de l’importance, il assoit votre discours.

La structure de votre texte également va donner plus ou moins envie de le lire: Phrases courtes, aéré, avec des espaces et retours à la ligne.

Exemple : vous vous adressez à des séniors pour leur vendre des soins dentaires. Utilisez des visuels de séniors qui se font soigner ou qui sont satisfaits de leur sourire (pas des jeunes); Cela leur permet de se projeter facilement et de se sentir concernés.

4. Ne pas générer de l’émotion

Les gens sont en quête d’émotions, d’experience; le parcours client est aussi important que le produit/ service acquis.

Comprendre sa cible, à quoi elle est sensible, ce qui lui génère des émotions positives et négatives vous permet de savoir où appuyer.

N’hésitez pas à définir la carte de l’empathie et dresser votre persona.

Vous aurez tout gagné si les gens se disent: « c’est tout à fait moi, ça, je me reconnais ».

Exemple :
exclusion, rejet => tu t’es déjà senti exclu, seul à table, au boulot, en parlant avec des jeunes geeks? tu as envie de comprendre leur langage et participer au discussion
plus le besoin est caractérisé, précis, exprimé simplement, plus il fait réagir, il percute votre cible. Quitte à cibler moins de monde mais mieux.

5. Procrastiner et ne pas être régulier

Si vous pensez que ce n’est pas utile . Voici quelques arguments pour vous convaincre:

  • Intégrer du contenu frais sur votre site est indispensable pour votre référencement (SEO)
  • Publier régulièrement créée un lien permanent favorisant la rétention
  • Publier de façon régulière favorise la mémorisation : la répétition favorise la mémorisation donc l’habitude.
  • Ecrire des articles vous permet de vous améliorer: il n’y a qu’en faisant qu’on apprend, qu’on s’améliore.
  • Publier des articles vous permet de tester les sujets qui intéressent: vous pourriez être surpris des sujets qui intéressent le plus votre cible.
  • Ecrire vous permet d’être inspiré par d’autres sujets. L’écriture d’un sujet, les recherches vous permettent d’être inspiré par d’autres sujets connexes…
6. Ne pas pousser l’article à votre communauté

N’hésitez pas à utiliser différents leviers pour amener l’article à vos lecteurs, à votre cible.

Il existe différents moyens pour relayer votre article:

7. Ne pas mesurer l’impact de vos articles

Mesurez toujours pour comprendre vous améliorer et évoluer.
Le minimum, faites un tableau avec le titre de vos articles, date de diffusion, sujet et nombre de lectures, taux de sortie sur la page ou encore temps passé en moyenne sur la page.
Cela peut être intéressant pour savoir si vous devez approfondir ce sujet ou pas.

Partager sur
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Lire la suite
Community manager

Community Manager – Fiche métier

Partager sur
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Le community manager définit  la Stratégie social media

Le community manager est un véritable social media manager. Il doit entre autre:

  • manager toute la stratégie de communication sociale de l’entreprise.
  • définir des objectifs (kpi) en fonction des cibles,
  • sélectionner les plateformes sur lesquelles l’entreprise ou la marque doit être présente ,
  • définir la ligne éditoriale et les planning de publications

Le community manager gère la ereputation de la marque

  • veiller au respect de l’identité numérique de l’entreprise ou de ses produits.
  • assurer une veille sur les réseaux sociaux. Il reste à l’écoute des mentions faites sur la marque et adapte sa réaction en fonction selon la nature du buzz.
  • animer les communautés
  • fédérer, développer, gérer et animer des communautés via les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Linkedin
  • développer la notoriété d’une marque, d’un produit, d’un projet.
  • utiliser des outils pour publier plusieurs réseaux sociaux simultanément.

Le community manager assure un benchmark et veille

  • assurer une veille concurrentielle
  • participer activement au référencement du site web de l’entreprise via les réseaux sociaux.
  • veiller aux résultats des actions
  • maitriser les fonctionnalités des plateformes communautaires e
  • assurer une veille technologique pour identifier leurs évolutions.
  • assurer une curation de contenu.

Il crée une relation commerciale

  • échanger avec les prospects et les clients
  • répondre au mieux à leurs interrogations.
  • assurer des échanges pour les questions relatives au service client (SAV) sur les plateformes de réseaux sociaux
  • orienter les clients vers les interlocuteurs pertinents quand il est nécessaire

Quels sont les qualités d’un bon community manager?

  • être doté(e) d’une bonne communication écrite (pas de faute d’orthographe, faute de syntaxe ou manque de vocabulaire)
  • être capable d’interagir avec les autres : être poli(e), à l’écoute, s’intéresser aux autres
  • être à même de sentir les autres et les comprendre: dôté(e) d’une empathie
  • analyser les chiffres (reporting sur les résultats)
  • être créatif: capacité à se renouveler, à surprendre les internautes
  • savoir utiliser des outils de création graphique (au minimum canva)
  • savoir utiliser des outils de publication automatique et de monitoring sur les réseaux sociaux (socialymap, buffer…)

Le community manager est parfois à la frontière du content manager. Certains entreprises réunissent parfois ces deux profils sur un même poste.

Vous souhaitez vous former au métier de community manager, découvrez notre bootcamp de formation en marketing digital . Contactez-nous

Partager sur
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Lire la suite
Stratégie e-marketing

Livre Stratégie emarketing

Partager sur
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Livre pratique sur la stratégie e-marketing et ses outils, un résultat de plus de 15 ans d’expérience

Ce livre est né de mes expériences.D’abord, de ma première expérience lorsque j’étais étudiante.En 2007, je montais, une startup, fonceuse, enthousiasme, je me lançais, sans aucune connaissance du digital dans un projet ambitieux avec un autre étudiant. J’ai connu à cette époque, les déconvenues de relations compliquées avec des agences qui externalisent à l’étranger, les retards de livraison, les erreurs techniques de prestataires, inadéquation des équipes face au projet, les quiproquos de communication (manque de vocabulaires techniques, cahier des charges imprécis) ou encore les problèmes de propriété intellectuelle… A cette époque, j’ai donc consacré mes journées … et mes nuits à l’apprentissage du marketing digital.J’ai compris qu’acquérir toutes les connaissances n’est pas toujours indispensable à la réussite d’un projet mais comprendre ce que vous faites et comment vous devez le faire, parler le même langage que vos équipes ou partenaires, analyser les résultats des actions qui sont menées par vos équipes, sont des « minimaux ». Par la suite, j’ai créé mon agence digitale avec mon associé. A l’époque, un site, du référencement et une petite présence sur les réseaux sociaux suffisait à nous apporter nos premiers clients. Très vite, nous nous sommes déployés, travaillant ainsi avec des startups, des PME mais aussi quelques grands groupes industriels. Il n’était plus suffisant de faire de la « com digitale », il fallait se positionner sur un marché très concurrentiel où l’acquisition de clients étant très coûteuse. Nous avons donc travaillé de façon obsessionnelle la rétention clients. C’est par cet axe, que l’agence s’est déployée, tout d’abord par une approche centrée stratégie. Il ne s’agissait pas de parler uniquement code ou site mais bien des ambitions de nos clients, de leurs cibles, de la vision de l’entreprise et surtout de savoir sur quel marché l’entreprise. Puis, nous avons très vite construit une équipe, une promesse, orienté résultat. Nous nous challengions avec nos clients pour un travail d’équipe, ce qui est devenu la marque de fabrique de l’agence à l’époque. Cette agence a été revendue en 2016, précédant une nouvelle aventure digitale.Toujours associé, J’ai créé ensuite une marketplace de loisirs. Un projet ambitieux, sur un marché très concurrentiel. Un projet favorable à l’apprentissage de la manière dont on accélère, gère la croissance, exécute rapidement, lève des fonds… une vision « pure-player » extrêmement enrichissante. Parallèlement, j’ai toujours animé des sessions de formation et conférences dans différentes écoles en France.Cette expérience m’a permis d’observer que dès lors que les étudiants apprennent une masse de connaissances qu’ils ne mettent pas en œuvre rapidement, ils les perdent définitivement.J’ai donc créé Starthack, un organisme de formation pour former aux nouveaux métiers du web. Nos formations sont intensives et les compétences acquises sont actionnables immédiatement, répondant ainsi aux besoins du marché de l’emploi. Plus que des connaissances, permettons à chacun d' »apprendre à apprendre » pour rester performants. Au-delà de transmettre des connaissances et des outils, je me suis toujours donnée pour mission de leur apprendre à élever leur réflexion et sortir des sentiers battus pour favoriser leur créativité, leur ambition et leur résilience.

Je dois avouer que j’aime apprendre et transmettre mais surtout, percevoir ce regard qui brille lorsqu’un individu comprend, créée, innove, ou à vite envie de s’essayer.

Parallèlement, mon parcours d’entrepreneur m’a toujours poussé à vouloir voir plus loin, domestiquer mes peurs et être orienté résultat.

Ayant appris le digital avec Micro Application dans les années 2000, j’ai tout de suite accepté la proposition de réalisation de cet ouvrage en 2013. J’ai conçu et rédigé les premières versions avec Anthony Guedj (CTO), mon associé de l’époque.Pour cette nouvelle édition, je me suis associée à Maëlys Beulque, experte en marketing stratégique et référencement afin de donner une nouvelle dynamique à l’ouvrage. Pourquoi ce livre?Nous pouvons  tout apprendre en ligne mais nous ne savons jamais par où commencer.Nous nous précipitons parfois à mettre en œuvre des campagnes sans même avoir posé les bases de notre stratégie: quel problème solutionnons-nous, qui souhaitons-nous toucher, comment, quelle promesse, notre vision, notre ambition…. Ce qui nuit à la construction de marques fortes, aux résultats de nos actions et profite souvent à la concurrence. Cet ouvrage je l’ai souhaité :- Pédagogique: il est structuré en 4 parties sur chaque chapitre: contexte, question à se poser, résumé et cas pratique. – concis: ce livre est une base pour apprendre à apprendre. il se veut concis pour vous permettre ensuite d’aller plus loin, par vous même sur les sujets que vous souhaitez approfondir-  complet : Dans ce livre, nous partons de la stratégie de votre entreprise en vous présentant des outils pratiques marketing jusqu’à des connaissances opérationnelles sur les réseaux sociaux.- pratique: son format de poche, vous permet de le lire partout: au lit, dans les transports, en entreprises… bref, il est transportable. Les chapitres sont complets mais concis (2 à 8 pages) vous permettant de lire à tout moment de la journée quand vous disposez de quelques minutes.- Terrain: Ce livre est le résultat de notre expérience . Il traite donc de cas actuels et concrets. Si je devais résumer cet ouvrage, je dirais qu’il est un mix de pistes de réflexion stratégiques, une banque connaissances indispensables et actionnables, un répertoire d’outils pratiques, des témoignages exclusifs et utiles.. le tout avec un mindset entrepreneurial insufflé par des entrepreneurs dans le digital. Quelles sont les nouveautés pour cette édition?
Nous avons quasiment tout refondu: actualisation des données marché, ajout d’outils pratiques pour élaborer votre stratégie, mis à jour des fiches juridiques (nouvelles réglementation RGPD, CGV..), réécriture des fiches techniques (nouveaux langages,  techniques), ajout d’interview d’experts métiers, lexique pour parler le même langage que vos interlocuteurs, test de connaissances pour vous auto-évaluer… Un tout nouveau livre. si vous avez des cas concrets, des témoignages ou des retours à nous transmettre pour la prochaine édition, n’hésitez pas à nous contacter;)Aiyant
Partager sur
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Lire la suite
Analyse pestel

Etude marketing : Analyser l’environnement de votre entreprise via PESTEL

Partager sur
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Pourquoi analyser l’environnement de votre entreprise?

L’entreprise évolue dans un environnement mouvant. Il est important d’identifier les facteurs pouvant avoir un impact sur le développement de l’entreprise et d’en mesurer les risque afin de concevoir des scénarios.

Pour formaliser cette analyse, il existe un outil marketing nommé Pestel. Cet matrice vous permet de déterminer l’influence de l’environnement sur votre entreprise. Cette étude macro-environnementale vous permet d’identifier clairement les facteurs propres à votre entreprise dans une situation précise. Cette situation doit intégrée les éléments suivants  : zone géographique, marché, entreprise, secteur d’activité.

Au delà d’analyser l’impact, il est pertinent également de scorer l’incertitude pesant sur ce facteur, c’est à dire dans quelle mesure, ce facteur peut varier. Ainsi le scoring de l’impact (note sur 10, 1 étant le moins d’impact) et celui de l’incertitude (note sur 10, 1 étant le moins d’impact)forment ainsi un résultat permettant de hiérarchiser les facteurs à surveiller.

PESTEL, comment ça marche?

Le terme PESTEL est un acronyme qui reprend la première lettre de chaque catégorie de l’analyse environnementale:
Politique – Economique – Sociologique – Technologique – Ecologique – Légale

L’analyse PESTEL est intégrée à l’étude de marché influençant la stratégie marketing. La matrice PESTEL permet de réaliser une check-list. et de suivre l’évolution des facteurs afin de s’adapter.

Une fois l’analyse des facteurs terminée, vous étudierez ainsi l’impact spécifique de chacun facteurs sur l’industrie, le marché et l’organisation elle-même.

Les facteurs environnementaux PESTEL, quels sont-ils?

Politique: stabilité du gouvernement, corruption, réglementation, subvention, lobbying, importations, …

Economique : Taux de croissance, taux d’interêt, chômage, PIB,..

Social : Taux de natalité, moralité, espérance de vie, immigration, santé, revenu par habitant, modes de vie,…

Technologie : innovations technologiques, infrastructures

Environnement : météo, climat, recyclage, pollution…

Légal: discrimination, loi anti-trust, droit du travail, protection du consommateur…

Une fois qu’on a la liste des facteurs environnementaux, quelle est l’étape d’après?

Il ne vous manque plus qu’à envisager des scénarios en fonction des différents facteurs identifiés et des risques et  opportunités liées.

Petites recommandations:

  • Toujours mettre sur papier ces éléments. Les mots s’envolent, les écrits restent.
  • Alimenter régulièrement ce listing.
  • Organiser votre veille pour que l’info viennent à vous. certains outils peuvent vous être très utiles comme  » Google Alerts » par exemple.

Pestel est une matrice indispensable à votre étude marketing.

Partager sur
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Lire la suite
Marketing digital

Les 5 fondamentaux du marketing digital

Partager sur
Share on facebook
Share on linkedin
Share on whatsapp

Internet offre un potentiel incroyable pour tout business. On sait que 4,54 milliards de personnes sont connectées dans le monde. Par ailleurs, on sait que nous passons, en moyenne, 6 heures et 43 minutes en ligne en 2020. Internet offre donc un terrain de jeu immense pour trouver des clients pour votre business.  Mais comment quelles sont les éléments clefs à connaitre pour mettre en place une stratégie de marketing digital ?

Quelles sont les étapes essentielles à suivre pour que vous génériez du business en ligne?

La première chose à faire, consiste à se poser les bonnes questions. Elles vous aideront à définir vos objectifs. En effet, sans objectif, difficile de définir les bonnes actions et de définir les bons indicateurs de mesure de résultat.

Découvrez les 5  grandes étapes indispensables pour réussir votre stratégie digitale

1. Définir précisément sa cible

Vous avez peut-être entendu parler de la notion de persona. Et bien, disons qu’il est indispensable de les construire.

Mais qu’est -ce qu’un persona? Un persona est un client type, un personnage fictif imaginé précisément. Sa description comprend différentes caractéristiques et on le dote également d’un prénom. On définit entre autres son caractère, ses critères socio-démographiques (son âge, sexe, enfants, famille), ses habitudes de vie, de navigation, les réseaux sociaux qu’ils fréquentent, les sites qu’ils consultent, ses attentes vis à vis du produit, son histoire.

2. Définit ses objectifs

Sachez d’abord si vous cherchez de la visibilité (branding) ou des conversions ( performance).

Sélectionnez ensuite de quelle manière vous allez pouvoir mesurer l’impact de vos actions en marketing digital. Il s’agit ici de choisir vos KPI (achat, panier moyen, visites, clic, taux de rebond)..

3. Définir le parcours client

Depuis le stimuli ou la prise de conscience du besoin jusqu’au réachat, il est essentiel de dessiner le parcours client type.Ces étapes comprennent la façon dont l’internaute va se renseigner avant l’achat, les sites qu’il va consulter au préalable, le choix du canal de commande, le processus d’achat, le dépôt d’avis ou le partage après achat…

4. connaissance de la concurrence

Pour pouvoir rivaliser avec vos concurrents et adapté votre stratégie marketing digital, il vous faut connaitre les forces, les faiblesses de chacun ainsi que les bonnes pratiques.

5. Définition des leviers d’acquisition

C’est tout l’enjeu de votre stratégie, votre rentabilité en dépend. Un clic peut coûter parfois 100 euros sur Google Ads, il est donc essentiel de trouver/ tester vos leviers afin de définir une stratégie de marketing digital efficace et pertinente, au regard de votre business et vos objectifs.

N’hésitez pas à rester informé. C’est un métier qui nécessite d’être toujours à jour. Visitez des sites thématiques tels que emarketing.

Partager sur
Share on facebook
Share on linkedin
Share on whatsapp

Lire la suite
Chèque numérique

Chèque numérique : apprenez à développer votre commerce en ligne

Partager sur
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

La Région aide les commerçants à développer leurs ventes en ligne en leur proposant un soutien financier pouvant aller jusqu’à 1.500€. En effet,  l’objectif du chèque numérique est d’améliorer leur présence et leurs ventes sur Internet.

Quel type de projet est concerné ?

En effet, le dispositif répond à 3 objectifs principaux :

  • Optimiser leur gestion digitale
  • Générer du trafic dans leur boutique grâce au marketing digital,
  • Augmenter leurs ventes grâce au e-commerce

En fait, ce chèque a vocation de servir aux dépenses de fonctionnement ou d’investissement dans le domaine du digital(charges) :

  • Abonnement à des solutions numériques de gestion (logiciel de caisse…),
  • campagne de Publicité digitale, solutions de fidélisation, achat de mots-clés, Référencement, nom de domaine, hébergement,
  • Abonnement ou commissionnement sur les ventes liés à solution de vente en ligne (marketplace, clickandcollect…),
  • Abonnement à des logiciels de création de site en SaaS,
  • Formation en marketing digital,
  • Services de livraison pour ventes en ligne,
  • Location/abonnement à une box pro wifi, ou location d’écrans de diffusion,
  • Développement/acquisition de site, achat de licences ou d’écrans de diffusion.

Qui peut bénéficier de ce chèque numérique?

  • Professionnels
  • Entreprises
  • Les commerçants de proximité ou artisans*, sédentaires ou non, avec ou sans point de vente, y compris artisan d’art (hors franchise),

A noter, le profil des établissements concernés:

  • avoir un établissement en Île-de-France,
  • disposer d’un effectif inférieur à 10 salariés, y compris les entreprises sans salarié,
  • avoir une entreprise inscrite au Registre du Commerce et/ou Registre des Métiers.
  • *L’artisan ou commerçant de proximité vend des produits ou services de manière quotidienne ou fréquente à des particuliers. Son activité relève d’un code NAF 10 à 33, 43 à 47, 49, 55 et 56, 7420Z, 79, 81, 9312 et 9313, 95 et 96. Les entreprises qui vendent exclusivement sur Internet, de la filière numérique, des activités financières et immobilières, des organismes de formation, de conseil et des bureaux d’études ne sont pas éligibles.

Quelle est le montant et la nature de l’aide?

Une subvention pouvant aller jusqu’à 1.500€.

A noter, le Montant du chèque numérique est en fonction dépenses éligibles H.T ci-dessous.

  • À partir de 300€ => 150€
  • 600€ => 300€
  • 900€ => 450€
  • 1.200€ => 600€
  • 1.500€ => 750€
  •  1.800€ => 900€
  • 2.100€ => 1.050€
  • 2.400€ => 1.200€
  • 2.700€ => 1.350€
  • 3.000€ => 1.500€ remboursés
  • La subvention est calculée sur les montants Hors Taxes.

Par ailleurs, les dépenses de matériel de type ordinateur ou caisse connectée ne sont pas éligibles.

Quelles démarches sont à réaliser pour en bénéficier?.

1. Ainsi, réalisez en 5 min votre autodiagnostic en ligne pour vérifier votre éligibilité au dispositif :

2. Enfin, vous trouverez ci-dessous la liste des pièces nécessaires à joindre à votre demande:

  • Un extrait Kbis ou D1 de moins de 3 mois,
  • Un RIB,
  • Les pièces justificatives des dépenses prévisionnelles (devis, grille tarifaire,…) OU les factures acquittées (à compter du 12/03/2020) et le formulaire téléchargeable en ligne.
    3. Remplissez votre demande d’aide sur mesdemarches.iledefrance.fr.

4. Une fois votre demande examinée, une décision vous sera transmise dans un délai d’1 mois.

5. En définitif, le versement de l’aide sera directement réalisé si vous transmettez les factures. Pour les demandes réalisées avec des devis, déposez votre demande de versement en joignant les factures acquittées (dans un délai maximal d’un an).

Par ailleurs, Les factures doivent mentionner un n° de chèque, un règlement CB, un virement ou la mention « payé ». Le versement de l’aide chèque numérique se fera sous la forme d’un paiement unique ou d’un paiement en 2 fois.

En outre, les dépenses prises en compte en HT doivent s’établir sur une période maximale de 12 mois et doivent avoir été faites dans un délai maximal de 18 mois après l’avis de décision.

Que pourriez-vous travailler grâce à une formation en marketing digital pour votre commerce?

Pièces à joindre impérativement à votre demande de chèque numérique

NOTICE_CHEQUE NUMERIQUE_VOLET1_COMMERCES_VF.pdf

GUIDE_SOLUTIONS.pdf

publicité sur le chèque numérique, soutien aux entreprises

Aide allouée aux entreprises et commerçants pour se former ou améliorer son commerce en ligne.

Vous souhaitez vous former ou former vos collaborateurs pour améliorer votre visibilité en ligne : réseaux sociaux, référencement ou encore publicité sur Facebook, contactez-nous.

Partager sur
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Lire la suite

Publicité en ligne : Différence entre CPM, CPC, CPL, CPA

Partager sur
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Comprendre les différents types de facturation de publicité en ligne

Dans le domaine de la publicité en ligne, vous vous demandez ce que veulent dire ces sigles incompréhensibles comme CPL , CPM, CPC et CPA.

Découvrez les différences entre chaque sigle et reprenez le contrôle sur vos actions publicitaires online.

Commence à tirer le meilleur parti de tes campagnes et publicités online en comprenant exactement comment ça marche.

Les Différences entre CPM, CPC, CPL et CPA

Comme nous est facturé  la publicité ? Comment peut-on évaluer si le prix proposé est en adéquation avec le ROI attendu? Comment contrôler nos coûts?

Globalement, nous définissons le type de campagne publicitaire online en fonction de notre objectif de campagne.

Le CPM

Le « CPM » signifie Coût pour mille (impressions). Ce type de campagne est pertinent pour une campagne de branding soit pour toucher le plus grand nombre de personnes. Le CPM est le système de facturation historiquement le plus ancien du web, le premier .

En définitif, on paye par mille impressions (affichages) ou vues. Ce mode est idéal pour une campagne de notoriété.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur le CPM, n’hésitez pas à consulter cette page.

→ Objectif  du CPM : Branding

Le CPC

Le « CPC » signifie que la facturation se fait au Coût par Clic. Ce genre de publicité permet de payer uniquement si la publicité génère un premier signe d’interêt soit un clic. C’est une façon de payer à la performance.

→ Objectif : Trafic

Le CPA

Le CPA signifie le Coût par Acquisition. Vous payez donc à la performance de la publicité. C’est souvent plus cher que le CPC mais cela vous permet  de mesurer directement le ROI de votre campagne en ne payant les  frais publicitaires uniquement si la vente ou la transaction se fait.

→ Objectif de ce système: Vente

Le CPL

Le CPL signifie que la publicité est facturée au Coût par Lead ou au contact obtenu. C’est un autre système de campagne d’acquisition dont le but est d’obtenir des coordonnées de contact de futurs clients.  Par la suite, vous pourrez utiliser cette base de données pour vos stratégies d’email marketing ou pour transformer les prospects par d’autres canaux de communication (par appel, rdv ou autre).

→ Objectif : Obtenir des leads ou des contacts qualifiés

Il est important de bien définir vos objectifs de campagne pour choisir le bon système de facturation entre CPM, CPC, CPA et CPL.

Si vous souhaitez consulter les tarifs de publicité en ligne, n’hésitez pas à consulter offremedia.

Une question? Posez-la nous en commentaire.

Une stratégie d’acquisition doit bien sûr s’intégrer à une stratégie marketing globale.

Si vous souhaitez vous former en marketing digital, n’hésitez pas à consulter nos formations.

Partager sur
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Lire la suite